Autre

Juste, parfois, être un ailleurs,
Inerte, pensées désertées,
Fluide et vide, déployé,
Etre autre, sans chaleur.

Peut-être tout arrêter,
Peut-être s’en aller
Trouver une vraie raison,
Sortir de cette prison.

Pourquoi ne juste pas dire
Ce que le silence dévoile ?
Briser à jamais ce voile
Qu’il suffit pourtant de lire.

Poète (c) Jer

Publié dans Mes poèmes | Une griffe

Sere yo – Zion

Publié dans Musiques | Laisser votre griffe

Battements

Je ne peux couvrir ma peur
De ces mots sans valeurs
Et pourtant, il m’importe
Parfois d’entrouvrir la porte.

Le regard en secret
Le coeur qui se déchaîne
Et les rêves en peine
S’effritent à jamais.

Comme un battement,
Toujours plus fort, toujours plus dense
Qui se déplace dans le vent,
Il tambourine un pas de danse.

Incontrôlable, il prend place
Au coeur d’un soupir
A peine dévoilé, et s’efface.
Je ne sais le dire.

Poète (c) Jer

Publié dans Mes poèmes | 2 griffes

Celui – Colonel Reyel

Publié dans Musiques | 2 griffes

Existence

Dans un regard voilé,
Un reflet scintillant
Dévoile furtivement
Une lointaine vérité.

Dans un soupir envolé,
Un parfum dissimulé
S’est imbibé du temps
Encore incandescent.

Dans un son inaudible
Se dévoile l’existence
D’une vie imperceptible,
Que fuit la renaissance.

Poète (c) Jer

Publié dans Mes poèmes | Laisser votre griffe

Existence

Elle est ce point lumineux dans ma tête qui me permet d’exister.

Elle est cet horizon qui me permet d’avancer.

Elle est ce chemin sur lequel je me suis si souvent arrêter, et sur lequel je continuerai d’avancer, serein.

Elle est ce parfum si doux et indicible qui me permet de respirer.

Elle est ce point lumineux dans mon coeur qui me permet d’exister et d’aimer.

 

Auteur : (c) Jer

Publié dans Textes | 8 griffes

Juste une illusion

Je m’en vais mourir dans l’éternité brûlante
De mon coeur, où jaillit la lumière luisante
D’un rêve inassouvi et profond
Où seul mon âme s’envahit d’illusions.

Poète (c) Jer

Publié dans Mes poèmes | 4 griffes

Une mère…

Une mère porte jusqu’à 9 mois son bébé dans son ventre. Elle le ressent et le vie d’une façon inextricable. Ensemble, ils sont deux et un, ils forment un tout et forment ce lien fusionnel qui leur appartiennent.

Une mère est présente à chacun des bobos, à chacun des pleurs mais aussi à chacun des petits bonheurs de son enfant.

Une mère guide son enfant dans la vie qui l’attends, et lui apprend à faire ses propres choix. Elle espère pour lui, le meilleur et des choix propices à son bonheur.

Une mère voit son enfant grandir et s’épanouir jusqu’à ce qu’il se décide, un jour, à voler de ses propres ailes.

Il faut alors pour la mère, couper à nouveau ce cordon qu’elle affectionne car elle sait qu’il doit prendre son envol, même si cela lui est difficile.

Après tout, elle l’a fait avant lui, et ses ancêtres avant elle…

« Alors, vole mon enfant, vole ! Mais sache que tu pourras toujours venir reposer tes ailes chez nous ! »

Auteure : (c) Scottya

Publié dans Textes | 6 griffes